MEMORUSSE - "on" en russe : exemples 1

Dans ce thème :

Autres pages :

     

 Exemples relevés dans la presse. Passez la souris sur le lien pour voir quelle traduction de "on" a été choisie en russe par le traducteur.

(traduction 01)

"Il ne manquerait plus qu'on m'empêche de conduire ma voiture du fait de mon âge !", s'indigne Geneviève, 80 ans, qui ne saurait se passer de sa Citroën Xantia, une marque à laquelle elle est "fidèle depuis toujours". 

 

(traduction 02)

L'administration Bush les aurait finalement acceptées, sans que l'on sache si cette décision a donné lieu à des tractations. 

 

(traduction 03)

Les puits contaminés servent aussi pour les bêtes et pour l'irrigation, sans que l'on sache quelles conséquences l'arsenic peut avoir sur la chaîne alimentaire. 

 

(traduction 04)

"C'est une substance qui se fixe spécifiquement sur des cellules nerveuses, sans que l'on sache s'il existe des effets secondaires."

 

(traduction 05)

Mais comme l'a dit Donald Rumsfeld, on ignore ce qu'on ne sait pas.

 

(traduction 06)

L'accord de 1994 était une sorte de demi-mesure qui n'a jamais été entièrement mise en oeuvre. Il est possible que la Corée du Nord ait l'intention de conserver son programme nucléaire quel qu'en soit le prix. Mais on n'en sera jamais certain tant qu'on n'aura pas essayé.

 

(traduction 07)

Mais on ne saurait en rester à ce seul constat sans prendre en compte le contenu de cette critique et les usages auxquels elle donne lieu.

 

(traduction 08)

Les médias écrits et audiovisuels sont devenus un élément central de la vie moderne, et l'on ne voit pas comment on pourrait s'en passer, sauf à se retirer des affaires de la société et du monde.

 

(traduction 09)

On ne sait encore si cette manœuvre était effectuée directement.

 

(traduction 10)

En haut lieu, on commence à s'inquiéter de la double vie d'Abou Abdallah.

 

(traduction 11)

« On ne peut pas tout neutraliser et contraindre tout le monde à s'habiller de la même façon. Les jeunes ont besoin de s'exprimer, d'afficher des différences et des spécificités. Il faut les aider à poser ce qui fait ces différences et ces spécificités. On a des établissements où les filles arrivent avec le voile. Dans la mesure où on dialogue, où on analyse avec elles ce qu'elles veulent dire par là, les choses se résolvent, elles finissent par le retirer.»

 

 

 

Contact. Dernière mise à jour 12 mars 2005

visites à partir du 27 sept 2003