L'élite en Russie du XIXe siècle à nos jours

Documentation complémentaire : 

L'insurrection des Décembristes : 14/26 décembre 1825

 

 Citons H. Carrère-d'Encausse "la Russie inachevée" :

"Au centre du complot se trouvaient de jeunes et brillants officiers, hautement instruits, généralement issus de la noblesse, férus des idées occidentales qu'ils avaient découvertes lors de la campagne de France. Regroupés en quelques sociétés semi-secrètes, les futurs Décembristes voulaient pousser l'empereur à opérer des réformes radicales : promulgation d'une Constitution, abolition du servage, reconnaissance des droits et libertés fondamentaux aux Russes. De l'un à l'autre, des programmes plus précis variaient, allant d'un radicalisme politique proche des Jacobins à un conservatisme constitutionnel. L'organisation fédérale de l'Empire figurait aussi dans quelques programmes. La société cultivée sympathisait avec ces groupes ; le peuple, quant à lui, n'entendait rien à leurs objectifs et les considérait avec grande méfiance. 

Le 14 décembre 1825, à l'occasion de la prestation de serment des régiments de la Garde au nouvel empereur, ces jeunes officiers tentèrent de déclencher une révolution. Le mouvement fut brisé par la réaction armée du gouvernement, mais aussi parce qu'il ne bénéficiait d'aucun support populaire. Pressés par leurs officiers d'acclamer la Constitution, les hommes de troupe crurent que ce mot, inconnu d'eux, était... le prénom de la femme du grand-duc Constantin ! (1) L'appel à la liberté lancé par les Décembristes resta sans écho. Le peuple russe, avide de justice sociale, était prêt depuis toujours à entendre ces derniers mots. Mais celui de liberté n'avait guère de sens pour lui. Les décembristes ignoraient tout, en fait, de la mentalité et des espoirs populaires. Ils payèrent cette ignorance de l'exécution des meneurs (2) et de la déportation en Sibérie de quelques centaines des leurs. Les plus grand écrivains russes, Pouchkine, Griboïedov, se rangèrent à leurs côtés, mais la partie était perdue."

 Malgré la surveillance de la police, les intellectuels continuent à réfléchir à la situation de la Russie. En 1849 sera découvert et démantelé le cercle de Petrachevski. Ses membres seront jugés et sévèrement condamnés. Parmi eux, figurait Dostoïevski. 

D'autres courants très extrémistes surgiront en Russie dans le courant du XIXe siècle et des actes terroristes seront perpétrés. La Révolution bolchevique de 1917 en sera l'aboutissement logique

(1) Frère aîné de Nicolas I. Marié à une Polonaise, il gouvernait la Pologne.

(2) Pestel, Mouraviev-Apostol, Bestoujev, Kakhovski, Ryleïev.