Accueil  |  Introduction  |  Histoire  |  1800-1917  |  URSS et après ?  |  Les personnalités  |  Bibliographie  |  Tests 

B. CIERZNIAK,  Mise à jour : 13-03-2005

L'élite en Russie du XIXe siècle à nos jours
XIXe siècle jusqu'en 1917

Les empereurs de Russie au XIXe siècle  

 

Nicolas II : règne de 1894 à 1917  

Source : http://kolibry.astroguru.com/

La famille impériale vivait déjà assez isolée du monde extérieur. Nicolas a été éduqué par le général Danilovitch, car Alexandre III voulait faire de son fils un bon officier. Des professeurs russes ont été chargés des cours universitaires et un anglais lui a enseigné sa langue et l'amour des sports. 

C'est un jeune homme indécis, mais qui ne cède jamais une fois la décision prise. Il   affectionne la simple vie de famille, et communique souvent par écrit avec ses ministres pour ne pas entrer en discussion avec eux. 

Nicolas II admirait beaucoup son père, il garde donc les collaborateurs de ce dernier pendant les premières années de son règne. Ce règne commence sous de mauvais présages. En effet, le jour du couronnement, une bousculade dans la foule présente provoque la mort de plusieurs centaines de personnes qui sont piétinées.

Dès le début, le jeune empereur poursuit la ligne politique devenue traditionnelle, celle de l'équilibre européen. Il confirme l'Alliance franco-russe, visite la France en 1896 et reçoit le président Félix Faure en Russie en 1897. Il défend l'idée de la paix universelle et dans une note adressée à toutes les puissances il propose une réduction des armements et un adoucissement des procédés de guerre, ainsi qu'une installation d'un Tribunal international chargé d'arbitrer les conflits entre les États. L'acte du  24 août et le programme du 30 décembre 1898, qui déboucheront sur la première Conférence mondiale de la paix le 18 mai 1899 à La Haye, ouvriront une ère nouvelle dans les relations internationales.

Pendant les premières années de son règne, l'empereur porte son intérêt sur les problème d'Extrême-Orient, où le rôle du Japon est de plus en plus important. Dans la nuit du 8 au 9 février 1904 les Japonais attaquent l'escadre russe et coulent sept unités sans déclarer la guerre. A Saint-Pétersbourg on sous-estime les force japonaises et après plus d'un an d'hostilités la Russie capitule. 

Cette défaite sera lourde de conséquences. Le peuple ne comprend pas les raisons de cette guerre et les mouvements révolutionnais exploiteront le mécontentement général. Une révolution éclate en 1905 qui amènera de grands changements politiques et sociaux dans le pays. La période 1905-1914, calme sur le plan extérieur, voit de graves désordres ruraux parallèlement à un développement économique exceptionnel, dans lequel un grand rôle sera joué par le ministre des Finances Serge Witte. 

Le développement industriel fait naître et augmenter très rapidement un prolétariat qui se recrute dans la paysannerie. Selon Nicolas II, c'est le paysan (мужик) qui est le pilier de la société russe. Or, - c'est une des nombreuses contradictions de ce règne - il sera traité plus mal que jamais. C'est essentiellement la paysannerie qui fournira les 15 millions de mobilisés qu'exigera le conflit mondial qui éclate en 1914. En 1916 la Russie compte près de deux millions de tués et le double de blessés. 

Le mécontentement général grandit et les mouvements révolutionnaires multiplient attentats et assassinats. L'idée d'une révolution de palais gagne même l'entourage proche du souverain. Mais c'est en février 1917 que les événements se précipiteront. Le 2 mars 1917 Nicolas II signe l'acte d'abdication non seulement pour lui-même, mais aussi pour son fils Alexis, en faveur de son frère Michel.

Nicolas II sera assassiné avec toute sa famille dans une cave de la ville d'Ekaterinbourg le 16 juillet 1918. Le 17 juillet 1998, sous la présidence de Boris Eltsine, les restes de la famille impériale recevront les obsèques nationales. 

 

 Titres

Suite

Haut de page

  visites à partir du 12 janv 2004
 

visites à partir du 27 sept 2003