Accueil  |  Introduction  |  Histoire  |  1800-1917  |  URSS et après ?  |  Les personnalités  |  Bibliographie  |  Tests 

B. CIERZNIAK,  Mise à jour : 13-03-2005

L'élite en Russie du XIXe siècle à nos jours
XIXe siècle jusqu'en 1917

Les empereurs de Russie au XIXe siècle  

 

Alexandre I : règne de 1801 à 1825 

 

Source : http://kolibry.astroguru.com/

Petit fils de Catherine II qui a personnellement surveillé son éducation et celle de ses frères Constantin et Nicolas, futur Nicolas I.

Son adolescence se déroule dans un climat de conflit entre son père Paul I et sa grand-mère Catherine II. Il apprend donc la diplomatie dans le cercle familial et se forge une personnalité secrète et renfermée. 

Les historiens pensent qu'il était au courant du complot contre son père qu'il aimait beaucoup, mais qu'il ne s'attendait pas à une issue fatale. Le désespoir qu'il manifesta à la mort de Paul I, certaines de ses décisions difficilement compréhensibles, et la fin de sa vie tournée vers la religion et le mysticisme sont expliqués par la culpabilité qu'il aurait éprouvée pour n'avoir pas su empêcher l'assassinat de son père.

La période des guerres napoléoniennes fait qu'Alexandre prendra en charge personnellement la politique étrangère du pays. La Russie était à cette époque la grande force de l'équilibre de l'Europe. La Sainte-alliance, oeuvre d'Alexandre I, conclue en 1815 entre les empereurs de Russie et d'Autriche et le roi de Prusse constitue une charte morale de l'Europe chargée de veiller à l'exécution des décisions du Congrès de Vienne. Fondée sur les préceptes religieux, elle doit protéger les monarques qui gouvernent leurs peuples comme délégués de Dieu et combattre tout mouvement subversif et révolutionnaire. 

Cette idée nécessite une armée importante, formée au cœur des provinces russes dans les villages militarisés voulus par Paul I et mis en oeuvre par Alexandre. 
Les guerres,  conduites souvent en dehors du territoire russe épuisent le trésor, rendant la vie difficile à toute la population qui acceptera mal la politique intérieure réactionnaire qui caractérise la fin du règne d'Alexandre I. 

La société russe, et l'élite en particulier reprochera au souverain ce qu'elle considère comme un manque d'intérêt de sa part pour son pays. Ceci d'autant plus qu'Alexandre s'entourera d'étrangers, ignorant, voire méprisant ouvertement la noblesse russe.

En 1825 le mécontentement touche toutes les couches de la population. La famine s'étend dans le pays et une terrible inondation frappe la capitale. Alexandre abandonne le trône à son plus jeune frère Nicolas et disparaît dans des circonstances troubles qui restent énigmatiques jusqu'à nos jours. Selon la version officielle, il serait mort le 19 novembre 1825 à Taganrog, petit port de la mer d'Azov.

 

Titres

Suite

 

Haut de page

  visites à partir du 12 janv 2004
 

visites à partir du 27 sept 2003